Passer d’un grand groupe à une PME : histoire d’un itinéraire

//Passer d’un grand groupe à une PME : histoire d’un itinéraire

Passer d’un grand groupe à une PME : histoire d’un itinéraire

Au cours d’une carrière, qui plus est lorsque l’on travaille dans un secteur en pleine évolution technologique comme le CRM, il n’est pas rare de faire des choix qui vont parfois à l’encontre d’une certaine logique. Mais il est clair que celle-ci est propre à chacun et que ce qui fonctionne chez les uns ne convient pas forcément à d’autres. Jean-Baptiste venait d’un grand groupe et a rejoint Javista pour tout un tas de raisons qu’il nous explique ici.

Lorsqu’on lui demande pourquoi il a choisi de rejoindre une « petite structure » alors qu’il travaillait dans un grand groupe de SSII, Jean-Baptiste nous avance plusieurs raisons qui ont motivé ce choix. Plus que les raisons qui lui ont fait quitter son emploi, il s’agit vraiment ici d’une réelle motivation fondée sur ce qui lui plait chez Javista et les entreprises de la même taille.

En premier lieu, il y a « la proximité des personnes que l’on côtoie. Quand on travaille pour un grand groupe, on n’est qu’un élément dans la machinerie. » Quel que soit le temps pendant lequel on a travaillé dans un environnement, on se rend compte que finalement, dans un grand groupe, personne ne se connait. Le turnover est aussi souvent important ce qui suppose que l’on ne retrouve pas forcément les mêmes collaborateurs. « Chez Javista, c’est tout l’inverse : tout le monde se connait. Et même si je ne vois pas souvent mes collègues, j’ai toujours un réel plaisir à les retrouver. » ajoute-t-il. Cette proximité est également applicable avec la direction « il y a donc forcément plus d’échanges et de transparence ». Le choix d’une petite structure est aussi motivé par le challenge que cela apporte. En effet, sans forcément se dire que l’on est affecté à n’importe quelle tâche « dans un grand groupe, on trouve toujours quelqu’un avec la compétence spécifique qu’on recherche. Ici, on est obligé de se diversifier. C’est très enrichissant ». Jean-Baptiste a par ailleurs commencé sa carrière dans une SSII de taille similaire à celle de Javista. Il y a passé 13 ans et n’en garde que des bons souvenirs.

Consultant CRM

Venant d’un grand groupe, on peut donc se demander comment il a connu Javista. « J’ai connu Javista via l’une de mes missions. Javista était le sous-traitant à qui nous avions fait appel pour mettre en place le CRM client. J’ai pu ainsi lors de cette mission faire la connaissance non seulement des consultants qui travaillaient avec nous sur le projet mais également d’Imad, le fondateur. Alors qu’on ne se connaissait à peine, on s’est tout de suite tutoyé. On ne trouve pas ça dans un grand groupe et ça me donnait déjà envie de les rejoindre ».

Cette facilité à communiquer n’est qu’un des éléments déclencheurs au choix de Jean-Baptiste de rejoindre Javista. Au sein du groupe dans lequel il travaillait, il était amené à se déplacer parfois pendant des semaines loin de son domicile dans le cadre de ses missions. En intégrant Javista, il réduit ses déplacements et occupe ses fonctions en télétravail. « Je peux ainsi passer plus de temps avec ma famille, ce qui est très important pour moi. D’une manière générale, Javista accorde beaucoup d’importance au bien-être de ses employés. Une autre raison qui m’a convaincu, et que je savais où j’allais. Je connaissais déjà plusieurs personnes (dont le fondateur) et je connaissais déjà ma première mission. Bref, je n’ai eu aucune appréhension à franchir le pas ».

Mais qu’en est-il depuis qu’il a rejoint Javista ? Et bien Jean-Baptiste ne regrette pas son choix et est très satisfait d’avoir rejoint cette équipe. Si le choix du télétravail est motivé, cette situation lui fait regretter de ne pas profiter des réunions entre techniciens qui ont lieu le vendredi. Au cours de ces réunions, quelqu’un développe un point technique en particulier. En cela, Javista montre que l’agence privilégie la formation continue, le partage des compétences et l’échange des expériences.

Et l’avenir chez Javista ?

« Dans ma petite carrière, j’ai été aussi bien du côté fonctionnel que technique, mais je garde une préférence pour ce dernier. Je me vois plus devenir un expert technique, être une personne qu’on appelle au démarrage d’un projet ou quand il y a un problème technique à résoudre ».

Finalement les perspectives de carrière semblent plus claires lorsque l’on rejoint une petite structure comme Javista. Surtout lorsque ladite agence apporte un soin tout particulier à l’évolution et à l’épanouissement de ses collaborateurs.

Vous avez un projet ? Contactez-nous
2018-04-13T09:42:43+00:00 27 décembre 2016|Blog RH|