Marketing d’influence: n’a pas encore mangé tout son pain blanc

/, CRM, Microsoft Dynamics, News Javista/Marketing d’influence: n’a pas encore mangé tout son pain blanc

Marketing d’influence: n’a pas encore mangé tout son pain blanc

Pour qui parle de Marketing d’influence, une campagne du même nom est communément un levier qui permet « d’accroitre l’exposition d’une marque online et/ou offline afin de permettre la promotion de ses produits et services ». Idéalement, ce type de campagnes va également permettre d’augmenter les ventes. Avec l’importance des réseaux et media sociaux, le marketing d’influence va consister à identifier des relais d’opinion sur le web, sortes de prescripteurs ou tout bonnement influenceurs. Blogueurs ou même clients ! Abattons les idées fausses et recentrons le débat.

Pour choisir ou sélectionner ceux qui parleront le mieux de votre marque et pour optimiser une vraie campagne de marketing d’influence, on commet quelques erreurs. En toute bonne foi. Comme confondre Influence et Audience. Chaque marketeux le sait, on doit garder en tête dans ce type d’affaires des concepts sociologiques, comme la théorie de la communication à double étage (two-step flow). Selon cette théorie développée par Paul Lazarsfeld et Elihu Katz, les individus seront bien plus sensibles aux messages envoyés par leur entourage que par exemple une publicité ou un autre media. L’influence se joue là. Dans un cercle familial ou amical restreint, l’expérience de certains membres sur un secteur, leur avis argumenté aura bien plus d’influence sur la décision finale. Peu importe qu’il ait peu de notoriété au final.

Marketing d'influence

C’est l’éternel combat entre qualitatif et quantitatif. Mais en ce qui concerne la prescription et l’influence, on privilégiera une fois de plus le qualitatif. Une audience importante permettra d’acquérir une visibilité plus rapide, ce qui peut aussi être un objectif, mais établir et ménager une relation durable avec votre cible se fera à partir d’un réseau de qualité dont l’influence n’interfère que sur les connexions, pas sur l’audience.

La seconde erreur à ne pas commettre est de s’imaginer qu’il suffit de délivrer du contenu cadré à une cible bien définie pour fidéliser. Si ce contenu ne peut être partagé, commenté, réécrit, restitué et personnalisé, alors les connexions ne s’établissent pas et la campagne de marketing d’influence devient une campagne de communication. C’est bien aussi ! Mais ce n’est pas le but. Les blogueurs sont des relais, le brand content doit arriver jusqu’à sa cible et pour cela changer ou conforte l’opinion que l’on se fait de la marque.

Le marketing d’influence n’a pas mangé tout son pain blanc, il reste encore quelques miettes.

Vous avez un projet CRM?  Vous avez besoin de conseil en marketing? contactez-nous:

Vous avez un projet ? Contactez-nous
2018-04-13T09:43:22+00:00 6 mai 2015|Blog, CRM, Microsoft Dynamics, News Javista|